8 rue de l'Argentique - 71530 FRAGNES +33 628 941 748
Presse
« Rénovons » demande au gouvernement de passer aux actes

AFP parue le

Le gouvernement n’a pas encore pris la mesure qui permettra de rénover un million de « passoires énergétiques » dans les cinq ans, objectif pourtant affiché par Emmanuel Macron, ont déploré jeudi les ONG et sociétés réunies au sein de l’Initiative « Rénovons ».
La France compte 7,4 millions de logements privés particulièrement énergivores (étiquetés F ou G), à fort impact environnemental, mais aussi sanitaire et financier, notamment pour 2,6 millions de ménages modestes qui les occupent, rappelle ce collectif (Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique, Réseau Action Climat, Fondation pour la nature et l’homme, société Effy de conseil en efficacité énergétique…).

« Il faut aller plus vite sur cette question de la rénovation », a dit lors d’une conférence de presse Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l’accord de Paris sur le climat. « La France, qui veut affirmer son leadership sur le climat, doit être cohérente avec elle-même ».

La loi pour la transition énergétique votée en 2015 prévoit l’élimination des passoires énergétiques à horizon 2025. « Rénovons » exprime son « inquiétude » après l’annonce des premières mesures gouvernementales. A ce stade, 50.000 logements privés occupés par des ménages modestes sont rénovés annuellement, essentiellement via le programme d’aides publiques « Habiter Mieux ».

« Dans le PLF 2018, on annonce 75.000 par an pendant cinq ans via ce dispositif (1,2 md d’euros). C’est mieux, mais le compte n’y est pas », relève Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, pour qui viser les moins favorisés est « déterminant car c’est là qu’on aura le retour sur investissement le plus puissant ». « Où sont les 4 milliards annoncés par le candidat Macron? », ajoute M. Robert, qui s’alarme de  l’absence de feuille de route. 


Quid du projet d’audit énergétique gratuit pour les plus modestes, disparu? Quid du renforcement de l’accompagnement des ménages, indispensable pour faire aboutir des travaux, ou du renforcement de la formation des professionnels?, liste le collectif.

« Rénovons » réclame que le dossier soit porté au plus haut du gouvernement. Il appelle aussi à responsabiliser les propriétaires. « A un moment, il faut faire passer l’idée qu’une certaine catégorie de logements non performants ce n’est plus acceptable », dit Danyel Dubreuil, coordinateur de « Rénovons ».

Début octobre, le gouvernement a assuré vouloir éviter la coercition, après la publication dans la presse d’un document de travail envisageant la création d’un « bonus-malus » sur la fiscalité des bailleurs. Selon une étude publiée par « Rénovons », 36 mds d’euros d’investissement public d’ici 2025 permettraient de rénover les 7,4 millions de « passoires », le privé (propriétaires) fournissant la même somme de son côté.

Cela permettrait de créer 126.000 emplois sur 2017-2025, d’économiser 758 M d’euros par an au système de soins, et de réduire de 12% les émissions de gaz à effet de serre du secteur résidentiel (11% du total en France), selon cette étude.



L’article source est ici
0